La Cie Les Travailleurs de la Nuit est fondée en 2004 à Marseille, par Frédéric Poinceau et Fabrice Michel. L’aventure naît de l’amitié et de la complicité artistique d’acteurs et actrices, compagnons de jeu dans de nombreuses créations théâtrales, d’ici et d’ailleurs. A partir de 2006, Frédéric Poinceau, metteur en scène et acteur, les rassemble régulièrement autour de projets fédérateurs et iconoclastes : performances jubilatoires, conférences-spectacles impromptues, pochades philosophico-burlesques.

 

« Faisant théâtre de tout »,  il conçoit ses créations hors répertoire dramatique, à partir de matériaux hétérogènes à la croisée de plusieurs disciplines (théâtre, cinéma, roman, arts plastiques...) L’action subversive et poétique de la langue, ancienne ou contemporaine, y occupe une place centrale. La question du pouvoir du langage, le discours et sa mise en abime, les frontières entre le jeu et le non-jeu constituent les récurrences d’un théâtre fait d’hypothèses et d’heureuses incertitudes. Une conversation ininterrompue s’entame avec le public, dont on interroge la place avec humour.

Un premier cycle de pièces consacré aux écrits de l’érotisme, inspiré d’œuvres éclectiques, voit le jour : Le Lieu du Crime d’après deux films de Jean EUSTACHE, « La sale histoire » et « Le Jardin des Délices de Jérôme Bosch », Les Instituteurs Immoraux inspiré d’œuvres du marquis de SADE et de « Belle de Jour » du cinéaste Luis BUNUEL (2007), Les Bienfaits de l’Amour d’après Le Banquet de PLATON et « Le Mépris » de GODARD (2011)

En un second temps, la compagnie s’ouvre au répertoire dramatique et affirme son choix d’un théâtre de l’acteur et d’un théâtre du texte. Avec Le 20 Novembre (2014) de Lars NOREN et Victor ou les enfants au pouvoir de Roger VITRAC (Coproduction Théâtre de la Criée 2015) se précise une démarche privilégiant une adresse ouverte au public et une distanciation critique, dans une joyeuse confusion du « dedans-dehors ».  A partir d’un rapport dramaturgique scène-salle rigoureusement écrit, s’actualisent le sens et l’écho intemporel des œuvres -passées ou présentes- dans l’ici et maintenant du processus théâtral.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now